Séminaire 13 juin 2006

Séminaire Langues, paroles et chiffres.

 Mardi 13 juin, à 21h

Amphi de la CMME, 100, rue de la Santé

 Alain Didier-Weill

 La psychanalyse, le politique et le désir x.

Nous terminerons le cycle de notre séminaire par une séance exceptionnelle (par sa date : attention, ce n’est pas l’habituel 3ème vendredi ! et par son thème qui semble faire un pas de côté par rapport à notre thème).

Nous nous sommes affrontés dans la dernière année – non sans dommages – à la logique écrasante de la novlangue des discours experts et à sa rhétorique de la mesure qui s’étend dans le champ psychiatrique et saisit la psychanalyse par le détour des « psychothérapies ». Bref nous avons fait un petit voyage dans la « politique des choses » dont parle Milner.

Ceux qui ont cru pouvoir parler cette novlangue dans l’espace feutré et consensuel des négociations professionnelles concernant le titre de psychothérapeute ont-ils mesuré combien on n’habite pas impunément un discours, fut-ce de manière transitoire ? Pour ce qui nous concerne, et bien que nous n’ayons pas voulu manger de ce pain là, nous avons dû prendre acte que persister à résister en miroir à la machine c’était risquer y succomber.

Il faut penser au-delà, penser à côté, à partir du réel.

Les pratiques de la folie insistent à nous affronter à ces confins de la communauté où est en jeu la vérité du politique, car la folie désigne la singularité radicale à quoi il faut faire réponse, pour « vivre ensemble ». Comme aimait à le dire Lucien Bonnafé, une société se juge à la place qu’elle fait à la folie. Mais ceci ne va pas de soi, et la démocratie n’est pas ce doux territoire consensuel qu’on voudrait croire, à preuve cette haine dont elle est nécessairement l’objet (Rancière).

La lecture du texte d’Alain Didier-Weill ouvre ici un espace nouveau, du moins dans la communauté analytique. Nous lui avons demandé de bien vouloir poursuivre avec nous la réflexion dont son propos constituait en quelque sorte le programme. On peut lire ce texte dans le numéro 1 de la nouvelle revue Insistance qu’il dirige, et sur le site Œdipe.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*