La Contrainte et l’Acte

La langue contraint. L’infans en fait la bouleversante expérience.
Les premiers mots précipitent des significations et contraignent le sujet à un bégaiement toujours recommencé – ce que la science tente de maîtriser avec ses petites lettres et ses formalisations logiques.La moindre virgule fait chavirer tout un poème. Un mot peut déclencher une guerre, d’autres mots faire pacte. Le droit montre ce travail d’écriture sous contrainte, infiniment recommencé. 
  Pas de parole sans langue, pas d’acte sans contrainte. C’est non pas malgré la contrainte, dans une liberté rêvée que se pose l’acte, mais dans la contrainte : placer ici la virgule, couper la rhétorique juridique par l’arrêt du jugement. L’artiste le donne à voir. et à entendre : travail de l’écriture, du théâtre, geste du pemettre, improvisation du jazzman… Moment de franchissement, vacillement du sujet.
  D’un acte, des contraintes s’ensuivent : franchir le Rubicon n’est pas sans conséquences. C’est ici, dans ce que l’on nommera civilité ou politique, que la cité se construit, dans la contrainte des actes posés, un par un.

  Les pratiques de la folie sont des pratiques sous contrainte, sous double contrainte :

  • Celle de la langue, des effets de la parole, pour qui s’y trouve exposé : commandements, insultes, imprécations, paroles extravagantes, cris, actes incongrus ou bien discrète fêlure de la parole, retrait, silence.
  • Celle de la cité, qui sollicite le praticien, entonnoir de la désignation du fou. La fiction médico-juridique de l’irresponsabilité nouée à la logique de l’internement, donne corps à la figure du malade mental : « la force par laquelle il a été contraint » se dit dans la loi du 27 juin 1990 hospitalisation « sans consentement ». Parallèlement, le droit développe une version post-moderne de la contrainte, dont une formule majeure est l’obligation de soins. Il faut que le patient consente !

  Pratiquer la folie ? se savoir pris dans cette double contrainte saisi d’un transfert et signer, témoigner à la communauté sa prise à chaque fois singulière dans la tentative de cette folie-là.

Intervenants :
Monique Bucher-Thizon, Claude Buchwald, Franck Chaumon, Laurent Cornaz, Michel Freitag, Claire Gékière, Guy Le Gaufey, Claude Merlin, Esther Tellermann, Jean-Michel Vappereau.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*